Le risque du diabète

Aujourd’hui je vais changé d article ne pas parler de marketing mais d un sujet qui touche de nombreuses personnes

Le diabète

Que les becs sucrés se rassurent, un excès de bonbons ou de chocolat n’est jamais à l’origine du diabète. « Le diabète n’est pas le résultat d’une consommation excessive de sucre », confirme le Dr Hansel. Son apparition est en effet toujours liée à la fois à des facteurs génétiques et environnementaux: s’il n’y a pas de prédisposition, une alimentation très riche en confiseries ne suffira pas à déclencher du diabète.

En revanche, l’excès de sucres dans l’alimentation peut contribuer au surpoids et à l’obésité abdominale, donc indirectement favoriser l’apparition du diabète chez les personnes prédisposées. Il ne faut donc pas en abuser et savourer ces petits plaisirs de manière ponctuelle.

Diabétique ou non, quand le taux de sucre chute brutalement dans le sang, il est fréquent que cela se traduise par des sueurs froides et/ou une transpiration abondante.

————————————————————————————————————————

Je sais ce qu’on ressent quand on pense qu’il n’ y a aucun espoir, qu’il nexiste aucun traitement, et qu’on est condamné à vivre toute la vie avec la maladie.

Mais aujourd’hui, je ai une bonne nouvelle pour vous, et je peux vous assurer que ce que cette page sera la plus importante que vous ayez jamais lue de votre vie …

 

 

————————————————————————————————————————

Pourquoi ?

« Parce que l’organisme, pour contrer l’hypoglycémie, se met à sécréter des catécholamines (adrénaline et noradrénaline) », répond le Pr Patrick Vexiau, diabétologue. Ces substances augmentent la transpiration.

Que faire ? Prendre du sucre sans attendre ! Jus de fruit, sirop, morceaux de sucre, peu importe mais se resucrer rapidement ! En cas d’hypoglycémie sévère (avec intervention d’une tierce personne de type secours professionnels), consultez un médecin.

En cas de diabète : Le risque d’être en hypoglycémie est beaucoup plus élevé tout comme celui de présenter des symptômes sévères (perte de connaissance, coma…). Le resucrage est impératif et peut s’accompagner de la prise d’une petite collation (ex : un biscuit sec) si l’hypoglycémie se manifeste à distance d’un repas.

Notez que les tablettes de glucose disponibles en pharmacies « n’ont que peu d’intérêt par rapport au sucre et coûtent surtout plus cher », souligne le Pr Vexiau. Le diabète est une pathologie sérieuse qui nécessite un suivi médical régulier. La fréquence de consultation est à déterminer avec votre médecin généraliste ou diabétologue.

A noter : L’hypoglycémie se manifeste généralement à travers plusieurs symptômes. Ainsi, les troubles de la sudation peuvent être associés à des palpitations, une pâleur soudaine ou des vertiges.

La première caractéristique du diabète, c’est qu’il ne se manifeste pas ! Il peut évoluer pendant dix à quinze ans de façon parfaitement silencieuse (surtout s’il est de type 2). Le problème, c’est que s’il n’est pas traité, il détériore progressivement un grand nombre d’organes (œil, rein, artères, nerfs…) jusqu’au jour où il occasionne un souci de santé grave (accident vasculaire cérébral, infarctus du myocarde…) ou une complication irréversible (insuffisance rénale chronique, altération de la vue…). Le surpoids, l’hypertension artérielle ou l’hypercholestérolémie, qui lui sont parfois associés, doivent donc mettre la puce à l’oreille.

La glycémie, la mesure de référence pour diagnostiquer un diabète
Pour savoir si une personne est diabétique, on mesure son taux de sucre, autrement appelé glycémie. Ce taux doit se situer entre 0,70 et 1 g/L chez une personne à jeun, quel que soit son âge. Deux heures après avoir commencé un repas, la glycémie ne doit pas dépasser 1,4 g/L. Chez les personnes de plus de 50 ans, cette valeur de référence est augmentée de 0,10 g/L par décennie (soit 1,6 g/L chez les plus de 70 ans). Le taux à ne pas dépasser est différent chez les femmes enceintes : 0,9 g/L à jeun et 1,2 g/L après les repas.

Quand le taux de diabète devient-il alarmant ?
Chez une personne normale, on parle de diabète lorsque le taux de sucre dans le sang dépasse 1,26 g/L au cours de deux analyses sanguines réalisées à jeun.

  1. L’insuline régule le taux de diabète chez les patients atteints de diabète de type 1
  2.  L’insuline est une hormone produite par le pancréas qui intervient dans la régulation de la glycémie. Les personnes atteintes de diabète de type 1 (diabète insulinodépendant) doivent être traitées par insuline (injections).

Les médicaments qui régulent le taux de diabète chez les patients atteints de diabète de type 2

En cas de diabète de type 2 (diabète non insulinodépendant), les médicaments indiqués incluent les sulfamides, les glinides et les biguanides.

Plus d’infos ici

Laissez un commentaire